plaques fibro après sinistre

Friabilité, émissivité, critères de dégradation... retrouvez les débats de spécialistes...
Avatar de l’utilisateur
BAILLET
Messages : 208
Inscription : Dim 1 Août 2010 17:42
Localisation : Nord Picardie
Contact :

plaques fibro après sinistre

Messagepar BAILLET » Sam 24 Mars 2012 14:02

question reçue de Benjamin:

Je me permet de te contacter car je suis interrogé par une société faisant du désamiantage non friable. Je suis surpris d’être interrogé sur une question technique compte tenu du fait qu’il devrait être plus au fait que moi (je pense) sur la technique amiante.
L’interrogation porte sur les caractéristiques de plaques fibro après sinistre. En effet, cette société travaille beaucoup avec des agriculteurs et l’un d’eux a subi un incendie sur un hangar couvert de fibro. Compte tenu du sinistre et des possibles altérations subies par les plaques fibro sont-elles toujours considérées comme non friable ou non ?

Ne sachant que répondre et n’ayant pas eu de réponse par les autres canaux vers lesquels je ne suis tourné, j’aimerais avoir ton avis.

D'avance merci.
Luc Baillet, architecte pathologiste de l'immeuble bâti, fondateur d'A4: les architectes acteurs du bâtiment salubre & accessible.

Avatar de l’utilisateur
BAILLET
Messages : 208
Inscription : Dim 1 Août 2010 17:42
Localisation : Nord Picardie
Contact :

Re: plaques fibro après sinistre

Messagepar BAILLET » Sam 24 Mars 2012 14:08

En préambule, il appartient:
- en dernier lieu à l'intervenant (opérateur de chantier) de considérer "pas à pas" si le mode opératoire prévu est compatible avec l'état de conservation, état de dégradation du matériau amiantin.

- en troisième lieu à son encadrant de chantier de rédiger un mode opératoire adapté à la situation, et donc donnant suite aux conclusions de l'évaluateur de l"état de dégradation des sondages témoins, ayant entrainé la délimitation de zones classées selon ces résultats de l'évaluation de l'état de dégradation.
Ce mode opératoire"particulier" doit être décliné selon les règles générales du mode opératoire de l'entreprise, volet amiante du DU.

- en second lieur lieu au maitre d'ouvrage de réaliser ou faire réaliser un diagnostic avant travaux afin de déterminer ces zones et surtout le type d'entreprises à consulter (sans certif, avec certif 1512, ou 1513)
Donc cette évaluation est confiée soit à un service interne, soit un indépendant, soit directement à l'entreprise générale qui pourra ensuite sous traiter...

- enfin, en cas de sinistre, c'est le propriétaire qui doit faire réaliser en tout premier lieu, un repérage amiante avant démolition conforme au code de la santé publique par un opérateur de repérage certifié pour ce type de mission.
Remarque: ce repérage est bien préliminaire à toute autre intervention, car il ne comprend pas lui de phase d'évaluation de l'état de dégradation, donc d'évaluation des risques. Toute fois, il peut étre réalisé en plusieurs phases et ne s'achever qu'à l'issue de l'opération de curage.

sinon, sur le critère de friabilité, il est considéré que toute altération accidentelle de la constitution du produit amiante ciment entraine de facto une augmentation de sa friabilité. C'est le cas notemment en cas d'incendie, d'explosion, d'expositions aux agents chimiques...

Demain (juillet 2012), on parlera plus d'emissivité que de friabilité...

Il est donc indispensable que l'entrepreneur puisse se reposer sur une évaluation sérieuse de l'état de dégradation du matériau et d'une expertise prouvant l'absence ou la présence de menu éléments issus du sinistre, y compris les poussières accumulées au fil du temps...

Voici ma réponse rapide, mais suffisamment précise pour que tu puisses vendre une mission d'évaluation des risques...
Ou en es tu de ce coté?

Bien à toi
8-) luc
Luc Baillet, architecte pathologiste de l'immeuble bâti, fondateur d'A4: les architectes acteurs du bâtiment salubre & accessible.


Revenir vers « ETAT DE CONSERVATION DES MPCA »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité