Articles taggés amiante

SORTIE DU FILM: « LES SENTINELLES » DE PIERRE PEZERAT.

C’est un projet qu’à soutenu financièrement RésoA+ en entrant dans le cercle des co producteurs.

C’est d’abord un film sur mon père… Henri Pezerat, chercheur et militant, qui a consacré la deuxième moitié de sa vie à défendre les victimes ouvrières contre les atteintes à la Santé au Travail. Le film racontera comment il a été un acteur important, même si méconnu, de l’interdiction de l’amiante en France. Il racontera comment, à sa mort, en 2009, sa compagne Annie, et quelques autres ont repris le flambeau de sa lutte, en créant l’association qui porte son nom et dans laquelle j’ai rencontré les personnages du film.

Trailer Les Sentinelles from Pierre PEZERAT on Vimeo.

C’est un film sur des hommes et femmes en demande de justice

Les personnages du film ont quasi tous rencontré mon père un jour et avec lui, ont entamé des luttes qui les auront profondément changés dans le sens même qu’ils donnaient à leur vie. J’ai eu l’idée de ce film en les écoutant raconter leurs combats, récits qui faisaient écho à ceux que j’entendais à la table familiale. Notamment celui de Josette, l’ancienne ouvrière d’une usine d’amiante de Clermont-Ferrant, qui, au milieu des années 70, voit arriver avec un œil critique, une délégation de Jussieu dont faisait partie Henri et qui en parle 40 ans après, avec une émotion qu’elle a du mal à contenir.

Qu’ils soient victimes de l’amiante, des pesticides ou d’autres poisons, ces hommes et ces femmes retrouvent leur dignité dans le combat pour faire reconnaître leur maladie et demander des comptes à ceux qui les ont empoisonnés. Et ce besoin de justice s’affranchit totalement du cadre socio-culturel de ceux qui sont victimes, il va même casser le clivage qui peut exister entre les milieux aussi éloignés que le monde ouvrier et le monde paysan. C’est ainsi que deux des personnages du film, Jean-Marie l’ouvrier syndicaliste, et Paul, le petit patron agriculteur, vont se découvrir à travers l’histoire qu’ils ont vécue, d’innombrables points communs. Leur rencontre ayant été provoquée pour les besoins du film, l’amitié qui est née entre eux au cours du tournage a été une très bonne surprise.

C’est un film sur le mensonge organisé…

Que ce soit avec l’amiante, ou avec les pesticides, au 20 ème ou au 21 ème siècle, les pratiques de certains industriels peu scrupuleux et de leurs lobbies sont toujours les mêmes, et en plus ça marche. D’abord, il s’agit de produire au moindre prix une marchandise, quelqu’en soit son caractère dangereux, puis d’organiser le mensonge sur sa non dangerosité. Et ce mensonge s’appuie hélas sur la science, avec des experts placés dans des organismes de contrôle, judicieusement choisis puisque payés par les firmes dont elles examinent les produits, et sur une médecine du travail et de la Sécurité Sociale, victimes de la culture du résultat.

Le grand mensonge de l’amiante est raconté ainsi dans le film avec l’histoire du chat endormi (le salarié) qu’il ne faut surtout pas réveiller. La collusion entre les industriels et certains services de l’Etat est évoquée dans l’exemple de la Coopérative Nutréa Triskalia, où des salariés ont été victimes du syndrome d’Hypersensibilité Chimique après un usage violent de pesticides. Cette histoire bretonne est un pur condensé de ce contre quoi luttent les personnages de ce film.

C’est un film sur le prix de la dignité et la nécessité de se bagarrer

Quels qu’ils soient, toutes les victimes d’atteintes à la santé au travail sont passées par la moulinette du soupçon. Soupçon de l’usurpateur, soupçon du dépressif, soupçon du fainéant, chacun d’entre eux raconte comment cela a été terrible de subir ces accusations, y compris de la part de médecins.

Le film explique d’ailleurs la difficulté de la médecine à explorer le lien entre la présence toujours plus importante de produits d’origine chimique dans l’environnement et la montée très importante du nombre de cancers en France. Il montre aussi que c’est avec la mobilisation des travailleurs de l’amiante, puis l’arrivée des problèmes de santé chez les consommateurs que l’interdiction de l’amiante a pu être possible.

Et de façon implicite, il nous pose une question, à nous les consommateurs, forts de l’exemple des travailleurs, de ceux que mon père appelait les sentinelles du milieu environnemental, jusqu’à quand nous laisseront-nous empoisonner ? En gagnant son procès en appel contre Monsanto, Paul François, l’agriculteur, montre en tout cas, à la fin du film, combien la victoire est belle, combien elle lui a coûté, et en quoi elle est hautement symbolique et porteuse d’espoirs.

Téléchargez: La Presentation Les Sentinelles cinémas

Suivez l’actu du film que la page facebook « Les Sentinelles »

EITMM_pano_g_1

 

La Mission de Sapiteur Amiante est confiée par le Conseil National de l’Ordre des Architectes, co propriétaire du 47ème étage de la Tour Montparnasse.

Il s’agit d’une mission de Conseil & d’Assistance Technique Amiante.

(suite…)

clara et les poussières bleues

Amiante: les victimes témoignent

  • Furet du Nord de Lille
  • 15 septembre 2011 de 17 h 00 à 19 h 00

Danielle DE MARCH-RONCO dédicace « Clara et les poussières bleues » Ed. Sudarenes

Plus qu’à des chiffres et mieux qu’à des statistiques, c’est à la parole même des « damnés de l’amiante » que Danielle De March-Ronco, romancière, vice-présidente du parlement européen, a voulu donner sa voix.

Sous forme de docu fiction, « Clara et les poussières bleues » est un recueil de témoignages bouleversants.

Bien plus qu’un éclairage sur un drame humain, il est également une contestation réflexive sur le devoir de  vérité.

lire la suite

clara et les poussière bleues

clara et les poussières bleues

Haut de page